Nos actions

Des parcours de formation et de mise en pratique des métiers du café en détention
Une savoureuse combinaison de théorie et de pratique

Nos Parcours

AU MENU
Un parcours de 4 mois alternant pratique et théorie des métiers du café : barista et torréfaction

L'obtention de la certification SCA (Speciality Coffee Association) niveau 1 et 2 - diplôme reconnu internationalement

L'obtention de la certification HACCP (hygiène alimentaire)

Un accompagnement socio-professionnel sur mesure

L'intervention de professionnels du secteurs (grands restaurateurs, torréfacteurs, importateurs...)
FORMATION BARISTA

Dispensée par des professionnels du café hautement qualifiés en partenariat avec la Claque Café (formateurs certifiés SCA). Nos formations visent à transmettre des connaissances théoriques et des compétences pratiques solides pour permettre aux participants de se positionner en tant que baristas d’excellence à l'issue des parcours.
Ils auront à leur actif : des centaines d’heures de pratique pour maîtriser les différents types d'extraction du café et l’art du latte.

Formation à la torréfaction et production

Les participants baristas s'initieront également à la torréfaction auprès de notre Maître torréfacteur Ivan Alfaro. Ils apprendront les secrets de cet artisanat, créeront de nouvelles recettes et assemblages, appelés dans le jargon « blends ». Les processus de sublimation du café n'auront plus de secrets pour eux.

Notre Histoire

Le programme pilote à la Maison d'arrêt des femmes de Fleury- Mérogis


En août 2019, nous avons tenu notre première formation barista à la Maison d’arrêt des femmes de Fleury-Mérogis en collaboration avec Wake up Café. Quatre femmes ont été formées et trois d’entre elles ont pu exercer comme baristas à leur sortie de détention chez des partenaires.

Crépitements à Fleury

Forts de cette première expérience extrêmement positive et instructive, nous avons souhaité pérenniser et développer notre activité.

L'Université du Café propose aujourd'hui du travail en détention. À ce jour, seulement 28% des personnes incarcérées ont la possibilité de travailler. Or, le travail en détention permet de mieux préparer sa sortie, d'acquérir de nouvelles compétences, d'occuper son temps en détention de façon constructive, de se constituer un coussin économique pour la sortie - le manque d'argent étant un facteur qui favorise la récidive - éventuellement, de solder ses dettes aux parties civiles, en somme, de donner un sens à sa peine. À l'aune de ce constat, nous avons mis en place un atelier de torréfaction à la Maison d'arrêt de Fleury-Mérogis, activité pour laquelle les détenus sont formés et rémunérés à une juste valeur.
Ainsi naquit le Café Fleury.